« | »

Tapa-baovao 020507

2007-05-03 @ 12:45 in Politika

Maro loatra angaha ny vaovao tiana hampitaina ka manjary tsy hitako intsony indray izay ampitaina. Niezaka manko aho mba ho iray isan’andro no avoaka nefa mihazakazaka ny toe-draharaha. Noho izany dia atao endrika tapa-baovao no avoaka eto aloha na dia manambara ny hevitro eny antsefatsefany eny aza aho. 

  • Tao Boriziny (Port-Bergé) dia nosamborin’ny mpitandro ny filaminana teo ampivoriana ny filohan’ny fikambanan’ny mpanjifa nikonokonona fitokonana momba ny fahasahiranana azo amin’ny jirama amin’izao fotoana izao. Nilahatra ary ny fokonolona (izay mihitsy no nampitain’ny mpanao gazetin’ny Rnm tany an-toerana tao amin’ny fandaharana ampitampitao) nitaky ny hamoahana io mpitari-tolona io avy hatrany. Nankeny amin’ny tobin’ny zandarimaria ry zareo nanao izany fitakiana izany. Tsy nisy ny fifampiraharahana ka dia tezitra ry zareo ka namonjy ny trano fandraisana olo-mana-kaja an’ny Distrika. Navoakan-dry zareo avokoa ny entana tao sady nopotehiny. Nodorany hatramin’ny trano mihitsy aza.
 Avy eo dia nankany amin’ny fandoavam-bolan’ny jirama ary dia nopotehiny toy izany koa izay hitany tao. Nisy fitoeran-tsolika mahazaka 10.000 litatra tao fa nopotehiny ihany koa io, nolazain’ny tompon’andraikitra tao moa fa mbola nisy solika 5.000 litatra tao anatiny (zavatra very koa ve moa hisy azo anamarinana izany intsony !). Nilaza moa ireo izay nanapotika ny zavatra rehetra tao amin’ny jirama fa aleony tsy misy mihitsy toy izay misy nefa sady tsy mahafapo no asaina mandoa vola hatrany. Vokatr’ireo fihetsehana mahery vaika ireo moa dia navoaka ihany ny lehiben’ny fikambanan’ny mpanjifa tao an-toerana. Nilefitra teo anatrehan’ny herisetra mahery vaika izany ny mpitondra. 
  • Teto Antananarivo kosa dia niara-nientana ny mpiasan’ny jirama ho fiarahana amin’ny mpiasan’ny jirama ao anatin’ny fanenjehana sy ny fikasihan-tanana mihitsy aza. Ankoatra ny fitakiana ny fanondrotana ny karama efa nifanarahan’ny gem sy ny sim io mbamin’ireo fitakiana hafa ihany koa. Efa saiky voavaly amin’ny mahafa-po azy moa ireo fitakiana ireo dia ny fanomezana ny tambi-karama tsy voaloha hatramin’ny volana janoary ny mankaty.
 
  • Efa hitan’ny mpamaky ihany koa ny faneriterena ny mpanao gazety tsy ho afa-manao tsara ny asany any Antsiranana any. Tsy ny mpitondra fanjakana no manao ity faneriterena ity fa ny ankolafin’ny mpanohitra milaza ny teneny ho mpianatra nefa hitrikitrihan’ny mpanao gazety maro fa efa tsy mpianatra intsony ireo. Nisy aza moa ny fakana an-keriny mpanao gazety iray lazain-dry zareo ho mamoaka vaovao tsy marina.
 Fony nandre ity vaovao ity ny maro dia nihevitra avy hatrany fa an’ny mbs ity mpanao gazety ity, kanjo hay an’ny Les nouvelles. Nanao ny asany soa man-tsara indray ny mpanao gazety no tezitra ry zalahy. Rehefa nojerena dia tsy noho ny vaovao loatra no nisamboran-dry zalahy ilay mpanao gazety fa amin’ny mahamerina azy indrindra. Miala tsiny fa nitovitovy ihany ny vaovao navoakan’ny rehetra avy any nefa dia ity iray ity no tena nahatezitra an-dry zalahy. Ny an’ny mbs manko olona tena avy tao ihany no solontenany. Amin’izao fotoana izao moa dia raràny tsy hamoaka vaovao intsony ireo mpanao gazety rehetra any an-toerana. 
  • Eo ihany koa ilay namoahan’ny minisitry ny vola hoe lasan’ny praiminisitra teo aloha ihany ny volabe efa nosakanan’ny fanjakana malagasy mipetraka amin’ny banky soisa iray. Efa azon’ilay olon’ny fitondrana teo aloha tamin’ny volana marsa moa io vola io. Ny zavatra ti’ny minisitra ampitaiina ao ambadika dia tiany ampifanohizana amin’ny toe-draharaha eto an-toerana lasa mikorontana ity nahazon’ny praiminisitra Tantely Andrianarivo ity vola ity. Asa tokoa aloha izay tena fahamariniany any ambadika any.
  

Hevitra

adala ve nareo e

tssss! tsy henatra intsony ka dia ny adimpoko no asesinareo eto.

amin'izay dia milaza izy ho mpivavaka nefa ny adimpoko no mameno ny fo.

Nampidirin'i mpanao adimpoko nareo @ 15:48, 2007-05-03 [Valio]

Izay no aty!

Ndry! Mbola tsy nilaza izay nitranga tany Sambava izay tena gravy aza aho nefa dia melohina sahady ho mpanao adim-poko! Milaza tsotra ny zavamisy aho. Ekeko fa araka ny fijeriko nefa aiza moa ny milaza izany hoe mpanao adimpoko izny aho?

Ny mpiasan'ny jirama eto Antananarivo hanafay ny vahoakan'Antananarivo amin'ny fanapahana ny jiro eto Antananarivo raha misy manenjika ny mpiasany any amin'ny farintany? Azavao kely fa tsy azoko!

Nampidirin'i jentilisa @ 15:56, 2007-05-03 [Valio]

Niverina aho

Gaga aho anaita ilay lahatsoratra tao amin'ny midi madagasikara momba ilay fisamborana sa fakana an-keriny ilay mpanao gazety.
Ny loharanombaovaoko nilaza hoe fakana ankeriny dia ny radio fahazavana (efa fantsatsika fa tiko group).

Aoka koa holazaina fa tsy manafim-baovao mihitsy aloha ry zareo fa lohalaharana hatrany ny fihetsiketsehana mitranga ankehitriny. Ny radiom-panjakana aza indraindray no manao matoam-baovao hafa aloha fa ny an-dry zareo io no lazainy voalohany.

Dia isika ihany no afam-namarina amin'ny alalan'ny fampahalalam-baovao hafa milaza ny vaovao

Nampidirin'i jentilisa @ 16:20, 2007-05-03 [Valio]

ESY E

Le régime de Ravalomanana devient fou ! Il tue et emprisonne à tour de bras.

dimanche 29 avril 2007 à 20:52 :: Toliara (Tuléar) :: #24 :: rss

Après avoir tué une dizaine de personnes et faisant quelques centaines de blessés jeudi dernier à Tuléar, une province du Sud, le régime de Marc Ravalomanana vient encore une fois de faire montre d’une maladresse dans sa pratique brutale du pouvoir. Aujourd’hui, dimanche 29 avril, une force de répression émanant de la brigade de sécurité présidentielle dirigée par un mercenaire sud-africain vient de kidnapper l’ancien président de l’Assemblée Nationale, Jean LAHINIRIKO, le sénateur Robert Razaka ainsi qu’un député et un vice-président du conseil municipal de Tuléar 1.

Il est à noter que le mot kidnapping est le terme le plus approprié pour cette forme d’arrestation car elle a été exécutée sans mandat d’arrêt et a été effectuée par une force « obscure » dirigée par un mercenaire.

Les membres de l’opposition locale ont lancé, aussitôt, l’alerte et, actuellement, la ville de Tuléar est en effervescence. La colère de la population a doublé d’ardeur puisqu’elle n’avait même pas pu encore enterrer ses morts, ni soigner ses blessés et que voilà qu’elle assiste à l’extermination de ses élites pour des raisons ethniques.

Nous avons déjà relaté ici les dessous de la sale besogne que le régime s’adonne lors de l’enlèvement du Maire Roland Ratsiraka, comme quoi l’action du régime est entachée d’une velléité génocidaire, autrement dit, un plan fumeux visant à exterminer toutes les élites côtières a été mis en œuvre, par l’équipe de Marc Ravalomanana, en vue de laisser émerger l’idéologie nostalgique dite de l’hégémonie Merina dont le « valinkitsaka » en demeure le sous bassement au détriment de toutes les autres communautés qui composent la Nation malgache.

Mais avec cette idéologie puante, le régime de Marc Ravalomanana attire plutôt sur lui la colère de la population malgache et non la sympathie des Merina qu’il prétend servir (puisque au fond celle-ci ne lui sert que de prétexte car c’est le profit de ses sociétés qui l’intéresse, mais en jouant sur la fibre ethnique, il lui faut l’assurance d’un bouclier ethnique). Mais, finalement et vu la tournure qu’ont pris les choses, cette stratégie sonne plus comme un déclin d’un régime funeste dirigé par un soi-disant messie, devenue par le pouvoir plus corrompue que le diable lui-même, et non une consolidation d’un bouclier ethnique Merina pour protéger les privilèges du chef d’Etat.

A suivre donc, de près l’évolution de la situation car il est sur et certain que la population malgache n’acceptera pas qu’on tue ses fils et ses filles en toute impunité. Que le régime de Marc Ravalomanana déploie donc tout son ingéniosité dans l’oppression de son peuple, mais qu’il n’oublie pas que la force d’un peuple se trouve non pas dans les « matériels de guerre » aussi sophistiqués soient-ils, mais dans sa détermination à lutter contre l’arbitraire et l’injustice.

Mavetse

Correspondant à Tuléar

Nampidirin'i aoka kosa @ 19:02, 2007-05-03 [Valio]

TAFIKA AVY ANY ANDANITRA

Exclusion, arbitraire, brutalité, misère, violence, voilà les véritables moteurs de la révolte !

Ce qui devait arriver arriva ! La situation explosive à Tuléar n’est pas le fruit du hasard et n’est, dans l’absolu, que la réponse légitime des « opprimés » face à leurs oppresseurs, c’est-à-dire le régime de Marc Ravalomanana et toute sa clique d’exécutants bornés et fanatisés.

Difficile aujourd’hui de justifier et d’expliquer la victoire du OUI lors du référendum dans cette région. Comment se fait-il qu’il y a à peine quelques semaines, les membres du gouvernement se targuaient d’avoir inversé la tendance plutôt tournée vers l’opposition de cette région, alors que depuis trois jours, c’est l’affrontement sanglant qui prédomine dans la même région.

Des morts, des blessés par balles, c’est effectivement la meilleure preuve que Tuléar est rentré dans le giron de la mouvance présidentielle. Arrêtons là tout de suite les mystifications et remettons les points sur les « i ».

Premièrement, le OUI n’a en aucun cas gagné dans cette région, ni d’ailleurs dans les autres régions, exceptée peut-être à Antananarivo. Secundo, ces manifestations un peu partout dans l’île, sont la preuve que le malaise est profond et que le degré d’écoeurement a atteint son paroxysme et n’est pas prêt de retomber.

La clique de Marc Ravalomanana, les journalistes en tête, et notamment ceux du Quotidien, de l’Express, de Midi Madagasikara, de Aody et des Nouvelles n’ont visiblement pas pris la mesure de la souffrance engendrée par cinq années de misères, depuis que leur champion s’est emparé par la force du pouvoir.
Leur première réaction, c’est de se replier dans un réflexe identitaire répugnant. Qu’ils aient le pouvoir entre les mains ou qu’ils le disputent aux autres, de toute façon, les « Merina » sont, selon ses journalistes, toujours les « pauvres victimes ». À ce propos, pourquoi ne se sont-ils pas encore posé la question de savoir si finalement, le problème ne venait pas tout simplement d’eux ?

Évidemment que non ! Car ce qu’ils considèrent comme un comportement normal, une posture normale, n’a en fait rien de normal. Tout ce qu’ils entreprennent, toutes les relations qu’ils nouent avec les autres, ils le font toujours dans un rapport de dominant envers des dominés. Chez eux cela est quasiment culturel et remonte à de vieilles traditions monarchiques que la proclamation de la République de Madagascar, n’a pas réussie à défaire.

Antananarivo est leur bastion et ils ne se privent pas de le faire savoir et de le rappeler lourdement dès que l’occasion se présente. D’ailleurs n’y en a-t-il pas tout le temps que pour Antananarivo ? Tout y est concentré, le pouvoir économique et politique, aux autres on accorde les bribes, les miettes. Peu importe que la population meurt de faim dans le Sud du pays, peu importe les destructions dues aux graves intempéries dans le Nord ; la priorité c’est Antananarivo, ses rocades, ses by-pass, des réalisations budgétivores et complètement inutiles dans un contexte socioéconomique frôlant le chaos.

Non content d’écraser économiquement et socialement le reste de la population, les théoriciens du désordre emmurés dans leur capitale s’emploient, quotidiennement et méthodiquement, à éliminer, une par une, les élites issues des autres régions. Les médias précédemment cités ne sont pas en reste et se délectent de leurs écrits assassins. Leurs mensonges sont parfois gros comme des maisons, mais comme jamais personne ne les contredit, ils se croient à l’abri de la critique. D’ailleurs comment pourrait-on réagir quand les seuls médias disponibles sont entre les mains soit du pouvoir, soit entre les mains des collabos qui défendent, bec et ongle, le fait d’appartenir à la même fratrie.

On peut citer pour exemple ce qu’écrivent les chroniqueurs de l’Express à propos des émeutes de Tuléar : « Pour une fois, les Karana (les Indiens, Hindous, Pakistanais), pourtant qualifiés de capitalistes immigrés, n’ont pas été la cible de la vindicte populaire ». C’est là le summum de la bêtise et l’expression même de ce relent de xénophobie héréditaire qui habite ces irresponsables.

Encore une fois, il faut donc laisser tranquille les Merina et diriger l’explosion de violence vers les immigrés, les étrangers. Manque de chance et raté de la propagande du régime, la population sait qui est véritablement à l’origine de son désarroi.
Que l’on sache, ce ne sont pas les Karana ou encore les Chinois ou les Comoriens qui sont au pouvoir, et même si cela avait été le cas, ils n’auraient certainement pas la même arrogance et la désinvolture que le clan Ravalomanana. D’ailleurs ces immigrés ne sont-ils pas sur le plan économique les premiers concurrents des hordes de « pseudos commerçants » quotidiennement parachutés de la Capitale. N’ont-ils pas aussi été les victimes de la répression économique de Marc Ravalomanana qui voit en ces gens des freins à l’hégémonie du groupe TIKO. Et pour finir, la nouvelle Constitution n’a-t-elle pas accouché d’un article précisément écrit dans le but d’écarter définitivement les métisses et les Malgaches d’origines étrangères de toute fonction élective.

Par ailleurs, il est urgent de prendre conscience que le degré de haine et d’animosité ont franchi un cap rarement atteint. Ces ressentiments légitimes sont proportionnels aux abus divers et variés dont les populations des provinces sont les victimes. Le régime de Marc Ravalomanana ne peut indéfiniment continuer dans cette voie. Il doit reconnaître son échec à réaliser l’unité nationale, notion qui, semble-t-il, n’a aucune considération dans leur façon de diriger le pays. La seule chose que ces gens comprennent, c’est la domination et par la force le plus souvent.

C’est pourquoi face à la sophistication et à la perfidie de ses oppresseurs, les populations des provinces n’ont donc plus d’autres choix que d’opposer ce qu’ils ont en eux, c’est-à-dire, la force des poings et le sentiment d’être les éternels bouc émissaires de la mauvaise gouvernance d’un régime complètement déconnecté de la réalité.

La violence est un acte condamnable, et l’on peut y opposer le respect, mais à l’adresse de Marc Ravalomanana et de sa clique, le respect doit être un acte et un sentiment réciproques. Il faut donc commencer par respecter le choix des citoyens lorsqu’ils vont aux urnes. Il faut également respecter le droit des opposants à s’exprimer. Il faut également respecter les droits de l’homme et à ce titre, libérer tous les prisonniers politiques et laisser les exilés rentrer au pays. Il faut également respecter le droit de chacun de pratiquer la religion qui lui convient, ou de ne pas pratiquer, en somme de rétablir la laïcité dans les principes fondamentaux inscrits dans la Constitution. Toutes ces formes d’exclusion sont le moteur de la révolte, ce sont eux qui alimentent les rancoeurs et la haine et en définitive, divisent également la population.

De plus, Madagascar n’appartient pas à Marc Ravalomanana ni à sa clique, ils n’ont ni le monopole de l’histoire ni celui du développement de ce pays. Ils n’ont pas à imposer par la force leurs projets, surtout quand le reste de la population n’a pas été consulté et correctement informé de ceux-ci.

Ailleurs dans le monde et même dans les pays démocratiques, les mouvements de protestation sont quotidiens, mais il n’y a qu’à Madagascar qu’un groupe particulier, qui par-dessus le marché s’adjuge tous les pouvoirs, se dit l’éternel victime de propos et d’actes à consonance ethnique.

Il est grand temps que cela cesse, comme doit cesser l’arbitraire, la violence et la brutalité. Les seuls responsables du chaos sont le régime de Marc Ravalomanana et, en tête, toute la clique d’irresponsables qui l’entoure.

Mavitriky Edouard

Nampidirin'i Anjely @ 19:19, 2007-05-03 [Valio]

porofo ireo lahateny lavabe etsy ambony ireo fa be mpamaky ianao ra-jentilisa.

porofo koa fa misy hono izany ny olona natao hovonoina araka izay nanaovan-janahary azy ka na manoratra maneho ny heviny fotsiny aza dia efa mendrika ny fankahalany.

herezo ny dia ra-jentilisa fa tsy izay avo vava sy mibetrobetroka akory no manana ny marina.

Nampidirin'i Rajiosy @ 21:14, 2007-05-03 [Valio]

aza matahotra

Tsy tokony misy ampitahotra anie eo e.

ratsy angaha raha maro mpamaky i jentilisy sa MISY FANAVAKAVAHANA SAHADY NY ETO????

izay mihitsy, aoka tsy hibetrobetroka fa tsy izany akory no mahamarina ny voalazany.

Nampidirin'i mpitsikilo @ 22:33, 2007-05-03 [Valio]

Kay, kay kay

Raha mba tamin'ny teny malagasy moa no nanaovany ny lahatsoratra dia mba hafa kokoa! izao ka nalefany aty ny voasorany any amin'ny misy azy any! tsy sahirana mikaroka intsony aho izany koa!

Nampidirin'i jentilisa @ 07:15, 2007-05-04 [Valio]

natao ho vakiana ny bilaogy ra-mpitsikilo ka na inona na inona fomba andraisan'ny olona izay voasoratr'i jentilisa dia efa zavatra tsara ny ahatongavan'izy ireo eto. raha mahavita mandinika sy miady hevitra (izay tsy àry hitovy foana) amim-pitoniana moa ireo mpamaky dia vao maika tsara. tsy aleo izay toy izay mandeha mamono olona ?

ka aoka ho tony ny rehetra fa ny ahy dia efa fenitro hatrizay fahavelon'ny papa Joany Paoly II ny hoe "aza matahotra"... na iza na iza mibetrobetroka manabe voamaso amin'ny lahatsoratra lavareny amin'ny teny faran'ny tsy hay...

Nampidirin'i Rajiosy @ 22:54, 2007-05-04 [Valio]
Momba ahy
jentilisa

Vasoky ny tambajotra sosialy tahaka ny Facebook,Twitter sy ny karazany ny blaogy amin'izao fotoana. Mora miely vetivety ny hevitra sy izay voasoratra amin'ireo sehatra ireo.

Misy lafiny iray anefa tsy ahavoazan'izy ireo mihitsy ny blaogy dia ny fitehirizana.Rehefa karohina ny vontoaty iray dia sarotra hita kokoa ny vokatry ny fitadiavana avy amin'ireo tambajotra sosialy ireo.Izay lafiny izay no tsy maharesy tondromaso ny blaogy satria mora hita kokoa ny vontoatiny rehefa karohina amin'ny alalan'ny mili-pitadiavana.

Momba ny eto manokana indray, tsy hianona intsony amin'ny vaovao eto an-toerana aho fa hisokatra kokoa amin'ny manerantany, na amin'ny sehatra ankapobeny. Hosoratana avokoa na eritreritra sendra nandalo na revin-gadra, na fanehoan-kevitra mety hanafintohina ny mpamaky. Mety ho tezitra ianao amin'izay voasoratra nefa ny hisokafan'ny saina handinika sy hamakafaka ary handanjalanja no tena kinasa ambadiky ny lahatsoratra. Ka mazotoa daholo ary ny hevitra anie no hiady fa tsy isika no hifandramatra!

calendar
« Febroary 2019 »
Ah At Ta Ar Ak Zo As
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28    
Tahiry
Credits
LifeType IE7 XHTML CSS Firefox